Convaincre les conjointes

Activités Forums Troisième Sexe Convaincre les conjointes

Ce sujet a 110 réponses, 40 participants et a été mis à jour par  loisarmor, il y a 1 semaine et 1 jour.

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 111)
  • Auteur
    Messages
  • #7013

    Sandra
    Participant

    Nombreuses sont ici les personnes qui ont des épouses ou conjointes. Certaines d’entre elles sont totalement réfractaires à l’idée que leur mari puisse être travesti et souvent ne sont pas au courant, certaines l’acceptent et l’encouragent. Au final ces femmes sont peu nombreuses car la majorité sont au milieu, c’est à dire s’en doutent ou le savent et ont peur des suites ou des conséquences, donc ne l’acceptent pas vraiment, mais vivent avec ça douloureusement. Julien dans une vidéo parle de l’effet inverse qui consisterait à ce que votre femme se laisse pousser les poils aux jambes, c’est un très bon exemple pour montrer à quel point cela peut être difficile d’accepter notre travestissement. De nombreux articles ici en parlent et l’idée de ce post propose de référencer les arguments ou les méthodes qui ont fait mouche afin que les conjointes ne le subissent plus, mais sont convaincues que c’est une bonne chose et surtout qu’elles en soient fières (on peut toujours rêver, “mon mari se travestit, waouh quel homme !”).
    Donc si vous avez un vécu ou un conseil qui a fait basculé la relation “positivement” …. ça peut aider….

    Les ref prises sur le site :
    Coming out – viewtopic.php?f=7&t=101
    Aborder le sujet avec sa copine – viewtopic.php?f=7&t=920
    Mon coming out avec ma conjointe – viewtopic.php?f=7&t=1495
    Travesti.e., marié.e et/ou papa, comment gère-t-on ? – viewtopic.php?f=7&t=1744
    Coming-out : Je suis … viewtopic.php?f=7&t=1780
    Après le coming out, qu’est-ce qui se passe ? Hein ? 🙂 – viewtopic.php?f=7&t=773
    Comment vous voyez-vous dans dix ans ? – viewtopic.php?f=7&t=1427
    je n’ose pas dire que je me travestie – viewtopic.php?f=7&t=1580
    Travesti en couple, que deviendriez vous avec un enfant ? – viewtopic.php?f=7&t=337
    Vos photos et votre entourage – viewtopic.php?f=7&t=1755

    0
    #58582

    Nine
    Participant

    Comment vous voyez-vous dans dix ans ? – viewtopic.php?f=7&t=1427

    Je me rappelle de ce sujet, il m’avait interpellé.
    J’ai évolué depuis.
    Je voyais le travestissement comme un moyen de panser une blessure toujours ouverte, le début de la fin d’un tout.
    Je le situe maintenant plutôt comme une façon d’exprimer ma différence et donc plutôt le début d’une expression nouvelle de cette différence, et j’en suis plutôt heureuse. (j’en remercie par ailleurs XXY et ma psy !!!)

    Par contre, pour ma part je n’ai pas changé ma vision de l’expression de cette différence au sein du couple. No coming out !
    J’ai vécu 18 ans en couple sans ressentir le moindre besoin d’en parler à mon amie. Lorsque l’on a rompu, on s’est dit tout ce qui n’était jamais sorti, toutes nos frustrations, nos désirs inaccomplis, et nos plus belles réussites, notre fille.
    Et une seule phrase d’elle a foutu le bazar chez moi.
    ” Il y a deux personnes en toi, et chacune empêche l’autre de vivre, j’ai l’impression d’avoir vécu 18 ans avec un inconnu. Qui t’empêche de vivre, d’être heureux et de rendre heureux ceux autour de toi ?”
    Elle m’a sonné, Knock out… J’ai encaissé.
    Je me suis dit que c’était une façon de me reprocher des choses sans m’en tenir responsable totalement, parce qu’elle n’avait jamais eu le courage de m’en parler avant non plus.
    Les femmes sentent les choses, cette différence en moi, elle avait du la sentir sans avoir pu définir ce qui clochait chez moi. Mes absences, mes silences, les matins difficiles ou je me réveille en devant assumer le rôle de mec et plus encore celui de père, le meilleur et le pire rôle de ma vie. Le meilleur pour lui, le pire pour elle.
    Comment je pouvais lui dire ça… que ma fille et elle m’empêchaient de vivre heureux, je n’ai jamais pu.

    Ou plutôt je n’ai jamais su. Y a t-il une méthode de ne pas être violent avec celles qu’on aime ? Sommes nous obligés d’être victimes ou bourreaux ou les deux à la fois ?
    Pour moi une femme veut un mec, même si le fait de se travestir ne puisse rien remettre en question, dans l’esprit de la plupart des femmes (c’est mon avis, cela diverge), les travestis sont entre les deux…

    Comment convaincre les conjointes ? En étant franc et sincère. Pour ma part si je dis tout depuis le début c’est cramé d’avance…

    On en reparle dans 10 ans 😉 et la manière d’avoir convaincu ma conjointe…. :mrgreen:

    Désolée Miry… pour le vécu et le conseil je pense être plutôt l’anti-sujet 😉

    0
    #58583

    Charlene
    Participant

    Convaincre, je ne pense pas, rassurer oui, pas seulement…

    Cela fera bientôt un an jour pour jour que j’ai annoncé à mon épouse que j’étais transsexuelle. Je l’avais comprise la veille au soir. Un an plus tard nous sommes toujours ensemble, notre relation a évolué, en mieux dans certains domaine, moins bien dans d’autres…
    La question n’a jamais été de la convaincre si cela était bien ou mal (c’était comme ça) mais qu’il était possible de continuer de vivre ensemble, différemment et surtout d’assurer l’éducation de nos enfants qui est resté notre priorité.

    0
    #58584

    veronice
    Modérateur

    Convaincre que c’est une bonne chose ?

    OMG, mon coming-out a bien trois ans ans et aucun argument n’a jamais fait mouche depuis, je suis désolée Miry. 🙁

    0
    #58585

    Sasha
    Participant

    Bonjour,

    Je peux faire part de mon expérience. Pour situer le contexte je suis avec ma conjointe depuis 8 ans, nous avons deux enfants. L’aîné aura 3 ans dans deux semaines et le cadet a 9 mois.

    J’ai commencé à lui parler de mon travestissement il y a un peu plus de 4 ans. On ne vivait pas encore ensemble à l’époque. J’avais une paire de chaussure avec des strass. L’une d’entre elle se détacha, volontairement je l’ai laissée traîner sur le sol. Comme attendu en venant chez moi elle la trouva. Immédiatement elle pensa que je la trompais. Dans un premier temps j’ai brodé, je lui ai dit que j’aime beaucoup les chaussures à talon et que je les collectionne et que quitte à en acheter autant les prendre à ma taille pour pouvoir si j’en ai envie les enfiler. Elle était un peu sonnée par l’histoire en trouvant ça bizarre de la part d’un mec. Plusieurs semaines passèrent sans qu’on aborde à nouveau le sujet. Puis sans raison elle demanda à voir la fameuse collection. Ensemble nous avons regardé mes chaussures, me demanda quelles étaient mes préférées. Elle voulait aussi voir comment je marche avec des talons, elle fut impressionnée de voir que je n’avais aucun problème à me déplacer avec. Elle me demanda si c’était tout, si je me contentais de collectionner des chaussures ou s’il y avait plus. Sur le coup gêné je lui confirmai qu’il n’y avait pas plus. Le sujet ne fut plus abordé, elle l’acceptait mais j’evitais de laisser traîner mes chaussures quand même.

    Presque un an plus tard, on abordait le sujet des enfants. Dans ma tête je me disais que oui je voulais des enfants avec elle mais je devais la mettre au courant de mon travestissement. J’ai beaucoup de fois voulu aborder le sujet mais me suis dégonflé au dernier moment. Un soir où nous étions au restaurant, j’ai trouvé la force d’aborder le sujet. Je lui ai tout avoué, raconter mon histoire depuis le début, que ça m’a pris très tôt dans mon enfance. Elle me répondit qu’elle s’en doutait mais était quand même sous le choc de la vérité qui éclate. Elle ne comprenait pas d’une ce goût pour la féminisation, et de deux que j’ai pu le lui cacher. Elle se disait que je ne lui faisais pas assez confiance et que si j’avais pu lui mentir à ce sujet sur quel autre sujet je pouvais lui mentir. Ce que je comprends parfaitement. Les semaines suivantes ne furent pas les plus agréables de notre relation. Elle avait l’impression d’être avec une autre personne qu’elle ne connaissait finalement pas tant que ça. Je faisais tout mon possible pour lui démontrer que non je n’étais pas un inconnu et ma mission était de regagner sa confiance. Petit à petit elle s’est faite à cette idée. Elle est tombée par hasard sur des photos de mon moi féminin. En m’en parlant elle m’a dit que ça lui a fait bizarre mais m’avoue aussi qu’elle trouvait que le maquillage m’allait bien aux yeux.

    Aujourd’hui notre relation va très bien. Lorsque je veux me rendre à des soirées où comme dernièrement en organiser une elle ne me met pas de bâton dans les roues car elle a compris que j’en avais besoin pour m’épanouir. Désormais je lave mes robes avec le reste du linge normalement, je range mes affaires dans le placard avec le reste de mes vêtements. Tout n’est pas rose non plus, à chaque lendemain de soirée elle est un peu distante au début, comme si elle a à chaque fois besoin de m’apprivoiser à nouveau. Peut-être que ça changera dans le futur je ne sais pas. Elle ne comprend pas non plus la multitude d’affaires que j’ai. Notamment les chaussures, c’est pour elle aux vues de mes rares sorties de l’argent mis en l’air. C’est vrai que j’ai trop d’affaires dont certaines que je ne,mettrait jamais. C’est vrai également qu’entre ma vie de famille et mon travail très prenant je sors peu. J’aimerais sortit plus, mais il y a aussi le fait que je ne veux pas trop empiéter sur notre vie commune avec mon moi féminin. J’ai réussi à trouver une situation qui tient en équilibre je ne veux pas tout gâcher.

    Pour conclure, avec le recul que j’ai sur ma situation je dirais qu’il faut en parler le plus tôt possible à sa compagne, dès que la relation devient sérieuse. Sinon il y aura obligatoirement quelqu’un qui souffrira si ce n’est les deux. Dans mon cas par exemple, je ne peux faire vivre Sasha autant que je le souhaite car je ne veux pas que ça change le quotidien qu’on a bâti pendant 8 ans. Bien qu’elle accepte mon travestissement , je sens que si j’en fais trop elle ne pourra pas le gérer dans sa tête. Donc je me retiens. Ou dans un cas contraire, si votre travestissement envahie complètement votre quotidien votre compagne finira par partir je pense. Dans l’intimité ce qu’elle veut c’est un homme. Alors que si dès le départ les choses sont claires, et que votre compagne l’accepte, alors votre féminité pourra sans problème faire partie du quotidien.

    Ce n’est que mon avis, mais si j’ai un conseil à donner c’est il faut le dire le plus tôt possible .

    1
    #58586

    Sandra
    Participant

    Je vois que le sujet reste très délicat.
    Pour ma part j’ai fait un coming out il y a dix ans avec ma tendre, mais après quelques semaines où j’y ai vraiment cru (elle m’a acheté jupe et haut), c’est devenu très dur pour elle et je l’ai sentie très malheureuse car je suis surement allée un peu vite. J’ai donc fais le choix de faire une pause vestimentaire, et c’est redevenu secret pour l’épargner et j’ai horreur des mensonges, mais comme dit le proverbe, “Le mensonge est bienfaisant qui sert une juste cause” celui de garder son amour. Assez récemment, et après la vision du film ma meilleure amie avec Romain Duruis, elle m’en a reparlé, mais je ne la sens pas encore prête et j’ai du rementir avec douleur “Quelle puissance de mensonge l’amour développe en nous !” ( François Mauriac)… et je partage tous vos avis, c’est à dire qu’il n’y a pas de recette miracle et que les préjugés sont encore énormes. Pour les personnes qui doivent encore passer au coming out, je pensais utile de faire un point sur le sujet qui me parait important pour qu’on puisse ‘éclore’, surtout pour éviter les erreurs déjà commises par de nombreux(ses) d’entre nous. Je pense qu’une grosse partie de l’incompréhension provient du fait que les femmes peuvent sans aucun problème prendre les codes et vivre comme des hommes quand elles le souhaitent. L’inverse est totalement impossible pour les hommes qui doivent se cantonner à un code masculin sans aucun moyen d’exprimer une partie de féminité, douceur et non domination, se plaire. Je pense que nous les tg, nous sommes un peu plus au milieu des codes et on a besoin de cette expression et on ose franchir la barrière interdite. Est-ce un argument que les femmes bio peuvent assimiler ? pas sur, elle ne vivent pas la même chose et ne ressentent pas ce besoin.

    0
    #58587

    Michael
    Modérateur

    Avec le recul je me rends compte que ma femme m’a choisi parce que j’avais une certaine sensibilité, une certaine forme de féminité. Elle ne recherchais pas un travesti, mais le contraire d’un macho, quelqu’un avec qui elle puisse parler et qui la comprenne. Je rentre de deux semaines dans sa famille et je me rends compte du modèle de mecs avec qui elle a du vivre au début.

    Du coup, elle n’était pas contre que je me travestisse au début, par tolérance. Puis elle m’a aidé, parce qu’elle a vu que ça m’épanouissait et que je me sentais mieux. Cela n’a pas empêché qu’il y ait des moments difficiles. Mais c’est aussi parce que j’avais des attentes sur sa façon de m’aider dans mon travestissement. Il y a des choses qu’elle n’aime pas faire, comme me vernir les ongles, mais elle adore que je lui fasse. Il a fallu que je lui fasse confiance sur sa façon de m’aider et que j’accepte sa façon d’entrer en relation avec moi quand je m’habille en femme.

    La notion de “convaincre” m’évoque la manipulation. La convaincre d’être votre assistante (à la mode Batman et Robin) est sans doute une mauvaise idée. La convaincre que c’est important pour vous, c’est autre chose. C’est accepter de vous montrer à elle tel(le) que vous êtes.

    0
    #58588

    Sasha
    Participant

    Je te rejoins sur cette notion de convaincre.

    Pour rajouter quelques lignes je dirai que pour celles et ceux qui avouent tardivement à leur conjoint, si vous avez la chance qu’elle accepte, adaptez-vous au rythme de ce qu’elle peut encaisser. C’est évolutif dans le temps.

    Le cacher me paraît être une mauvaise idée. Si votre compagne ne l’accepte pas c’est qu’elle n’était pas faite pour vous. Comment voulez-vous vivre une relation pleine si vous devez refouler une part si importante de vous ? C’est pour ça que j’en reviens à la même conclusion: lui avouer le plus tôt possible.

    0
    #58589

    Anonyme

    Ça fait à peu près une dizaine de mois que j’ai découvert ce site et ce forum et 8 mois que j’y interviens de temps à autre.
    Si je n’avais pas lu vos témoignages et partagé un peu avec vous (malheureusement pas assez), je pense que je ne pourrais toujours pas écrire sur ce sujet.
    Même si ce n’est pas pour autant “une partie de plaisir”, maintenant au moins ce n’est plus douloureux.
    Pour cela, je vous en remercie toutes et tous.

    Après 6 ans de vie commune, je l’ai annoncé à mon épouse dans un moment de grand partage et de confidences réciproques.
    Sa réaction a été très positive. A ce moment-là, j’aurais pu dire “coming out réussi”. Elle n’a pas été vraiment surprise et comprenait ainsi mieux mes réactions et ma façon de voir la vie. Elle n’avait effectivement pas épousé, en connaissance de cause, un homme modèle macho.

    Et puis elle a voulu voir. J’étais trop content, vraiment sur un petit nuage. Pensez, ma femme partageant mon petit monde.
    Et c’est là que les ennuis ont réellement commencés.
    Elle ne m’a pas reconnu!!
    La “transformation” était telle qu’elle n’a pas reconnu son mari!!
    Et elle en a été profondément choquée.
    Il nous aura fallu quelques semaines de discussions pour qu’enfin je puisse lui faire comprendre que cette pratique ne remettait en rien en cause notre relation, notre vie de famille. Elle me demanda seulement 2 choses: ne pas en parler à nos enfants et ne pas sortir travesti à l’extérieur de la maison. Ce qui me convenait parfaitement.
    Les nuages passés, la vie reprit son cours.
    Maintenant je savais qu’elle savait et, elle savait que je savais qu’elle savait.

    Bien des années plus tard, sans m’y attendre aucunement, tout m’est revenu en pleine tête comme un boomerang.
    Tout a commencé par un texto sur son téléphone qui prouvait qu’elle avait une relation extra conjugale.
    Après quelques explications, son verdict tomba.
    “J’ai l’impression de vivre avec un inconnu”
    “J’ai besoin d’un homme, pas d’un travelo”
    Et puis le coup de grâce:
    “Tu as été le premier à me tromper avec cette fille qui est en toi”
    “Beaucoup d’homme en approchant de la cinquantaine se relève dans l’homosexualité”
    Puis s’en est suivi des reproches concernant les dépenses occasionnés par ma pratique.
    Ses propos ont été extrêmement durs.

    Durant quelques mois, nous avons essayés, tant bien que mal, de recoller les morceaux, surtout pour nos enfants en fait, mais en vain, l’inéluctable devait arriver, le rendez-vous chez le JAF.

    Des moments extrêmement difficiles pour moi, non seulement du fait du divorce mais aussi parce que du jour au lendemain je ne voyais plus mes enfants qu’une semaine sur deux, parce que j’ai été obligé de quitter une maison que j’avais mis des années à rénover et enfin parce que j’ai dû vendre ma société dont je ne pouvais plus assurer la gérance.
    Cela faisait beaucoup en même temps.
    D’où la dégringolade dans un puits sans fond, sombre et glacial.
    3 années, c’est long.
    3 années de réflexion, d’introspection pour un jour apprécier à nouveau la lumière du soleil.
    3 années pour comprendre et accepter la réaction de la mère de mes enfants.

    Depuis quelques mois notre relation s’est enfin apaisée, sans plus aucun rapport de force, sans aucune rancœur, sans plus aucun reproche mutuel.

    Ce qui est accepté à un moment n’est pas pour autant nécessairement acquis, Les personnes changent et évoluent.

    En la matière, chaque cas est unique, chacun réagi selon sa propre histoire et il n’y a pas, sur ce sujet comme sur beaucoup d’autre, de recette miracle.

    Je pense qu’en fait peu de femmes sont réellement prêtent à accepter que leur prince charmant soit de temps en temps une princesse charmante.

    Mais cela, il faut peut-être le demander aux femmes elles-mêmes, aux quelques femmes qui interviennent sur ce forum et aussi aux épouses des membres du forum qui acceptent cette part de féminité chez leur conjoint. Après tout, elles sont quand même les premières concernées.

    Voilà, voilà, c’est écrit, et bien je peux vous dire,
    Même pas mal!
    Juste un p’tit brin de nostalgie…

    Prenez bien soin de vous.

    Lauren

    1
    #58590

    Michael
    Modérateur

    Lauren, ton témoignage me bouleverse. J’aurais tant aimé que ça se passe autrement pour toi. Je sais d’expérience que durant une séparation, tous les coups sont permis, surtout de renier l’acceptation de l’autre qui pouvait être sincère avant. Ma première copine m’a traité de pervers, de pédé, et comme j’étais gros, elle me disait en plus que mon corps la dégoûtait.

    Nous ne sommes pas à l’abri que nos conjoint(e)s changent d’avis, se ravisent, n’assument pas réellement l’acceptation intellectuelle qu’elles pensaient avoir. Je suis désolé que ça te soit arrivé, et je suis content que tu t’en sois relevé, du moins d’après ce que j’en comprends.

    Je te souhaite, si tu te remets en couple, une relation plus compréhensive et épanouissante.

    0
    #58591

    Anonyme

    Merci Michaelle.

    Moi, c’est le récit de Nine qui m’a ému et qui a été l’élément déclencheur pour que je puisse enfin raconter cette partie de ma vie.

    Comme tu l’as compris, effectivement, maintenant ça va plutôt bien.
    Le seul point restant est de reconstruire ne serait-ce qu’un début de vie sentimentale.
    Pas facile, comme dit le proverbe “chat échaudé craint l’eau froide”.
    D’où aussi l’interrogation: le dire ou ne pas le dire?
    Mais bon, pour le moment je profite pleinement de ma liberté.

    Bon Dimanche

    Lauren

    0
    #58592

    veronice
    Modérateur

    Hello Lauren, j’ai aussi lu ton histoire avec attention et ressenti, portée par tes mots, l’empreinte des joies et les peines que tu as eues. Elle montre que rien n’est jamais gagné, même si l’acceptation de ta conjointe semblait positive au départ.

    Les mots durs que tu as reçus dévoilent toute la problématiques à laquelle les conjointes sont confrontées : pour elles, il y a une autre femme en nous elles la perçoivent comme une rivale.

    Le dire à sa conjointe, c’est faire acte de courage et d’honnêteté, même si l’on a beaucoup tardé. C’est aussi s’exposer tel(le) que l’on est avec le gros risque que cela déplaise. Mais on peut opposer le fait que finalement on se décharge égoïstement sur l’autre. Pour nous cela arrête d’être “mal” et cela devient le problème de l’autre qui finalement n’a rien demandé…

    C’est véritablement un choix cornélien 🙄

    0
    #58593

    Naomi
    Participant

    Hello,
    j’ai lu tous les messages du fil, qui m’intéresse au plus haut point,
    je suis totalement d’accord avec le message de Sasha :

    @sasha wrote:

    Pour rajouter quelques lignes je dirai que pour celles et ceux qui avouent tardivement à leur conjoint, si vous avez la chance qu’elle accepte, adaptez-vous au rythme de ce qu’elle peut encaisser. C’est évolutif dans le temps.

    Le cacher me paraît être une mauvaise idée. Si votre compagne ne l’accepte pas c’est qu’elle n’était pas faite pour vous. Comment voulez-vous vivre une relation pleine si vous devez refouler une part si importante de vous ? C’est pour ça que j’en reviens à la même conclusion: lui avouer le plus tôt possible.

    Et le témoignage de Lauren (merci beaucoup de t’être livrée ainsi) prouve que parfois on peut croire trop vite que la “voie est libre”, alors qu’en fait la personne qui partage notre vie, une fois le coming out effectué, se fait une idée des choses qui est souvent assez loin de la réalité, et cette réalité peut être en fait plus dure à encaisser que ce qu’elle croit. Personnellement depuis mon coming out en juillet, j’y vais par petites touches, je sais qu’elle a encore du mal avec l’idée de me voir en robe, avec l’idée de me voir avec des ongles vernis…Par contre sur d’autres points elle m’aide, cet été elle m’a pris un rendez-vous pour faire une beauté des pieds, c’était très agréable, aujourd’hui je lui ai dit que j’étais un peu jalouse des petits shorts et jupes que les filles peuvent mettre quand il fait très chaud, elle m’a dit que je pouvais m’acheter un petit short blanc ou en jean pour mettre à la maison…

    Elle m’a aussi encouragée à mettre des mi-bas l’été plutôt que des chaussettes d’hommes dans mes chaussures fermées, effectivement c’est beaucoup plus agréable ! C’est les premiers vêtements que nous partageons…Notre complicité est en train de renaître…

    Gros bisous à toutes,
    Naomi

    0
    #58594

    Maryline a.c.
    Participant

    @naomi wrote:

    Notre complicité est en train de renaître…

    C’est merveilleux ça.
    Continue bien doucement sur ce chemin du bonheur. 😉

    0
    #58595

    Naomi
    Participant

    @maryline ac wrote:

    @naomi wrote:

    Continue bien doucement sur ce chemin du bonheur. 😉

    Merci Maryline, c’est ce que je souhaite, même si ça ne va pas être facile, parce que je sens en ce moment qu’il est possible que j’aie envie d’aller beaucoup plus loin que ce que je pensais au début…Enfin il faut faire confiance à la vie.
    Donne-moi de tes nouvelles en MP si tu veux.
    Bisous,
    Naomi

    0
15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 111)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.