Claire, en chemin vers ma féminité

Activités Forums Qui êtes-vous ? Claire, en chemin vers ma féminité

Ce sujet a 38 réponses, 17 participants et a été mis à jour par  Claire, il y a 5 jours et 3 heures.

9 sujets de 31 à 39 (sur un total de 39)
  • Auteur
    Messages
  • #224213

    Claire
    Participant

    J’ai deux pas à accomplir vers ma fille (fille unique, 19 ans) : lui expliquer que je vis partiellement en femme, puis lui expliquer que j’ai entamé une transition de genre.

    Le premier pas a été réalisé cet après-midi. Aucun excès ni dans l’inquiétude ni dans l’émotion, autant pour elle que pour moi.

    Au début de mon explication, elle minimise en me disant que l’absence de distinction de genre est désormais fréquente, notamment via les vêtements. Mais j’insiste en précisant que je donne dans une féminité sans ambiguïté. Peu à peu, elle comprend que je vis au féminin, plutôt sérieusement.

    En fait, elle savait partiellement. Il y a 2 semaines, je lui avais expliqué mon rejet de la masculinité, pas plus. Mais quelques indices anciens lui laissaient décoder cette explication sous l’angle “transgenre” sans réellement pouvoir me l’expliquer précisément, juste un ressenti sans doute.

    En fait, ce qui me gêne est que ça tombe assez mal pour elle : elle me l’a dit explicitement. En un an, décès d’un ami proche avec un deuil non terminé, rupture de ses parents, départ d’amis à l’étranger, grave accident de son grand-père, vente de sa maison d’enfance et déménagement définitif de sa chambre il y a 2 semaines. Je lui ai expliqué que je ne pouvais tarder davantage au risque qu’elle ne trouve par hasard de mes affaires féminines.

    Finalement, elle semble accepter, je verrai bien “à froid” dans 2 semaines. Le deuxième pas sera pour bien après, janvier peut-être.

    Que je suis contente d’avoir franchi ce pas ce soir, et que je suis apaisée aussi car certaine d’être dans le juste avec moi et avec elle.

    0
    #224214

    claire
    Participant

    Bonsoir Claire!

    Marrant nous avons le même prénom!

    je vais suivre ton histoire car la mienne est similaire! À la différence mon ex la su bien avant notre séparation (10 ans environ)!

    Je ne vais pas recasser mon histoire mais si tu veux en savoir un peu sur moi je t’invite a voir mon profil!

    Mes filles (oui j’en ai 2), bon pas encore majeur comme la tienne mais sont tout a fait au courant de mon contexte! je n’ai pas l’occasion de leur parler de mon éventuel transition mais le jour viendra ou elles seront en mesure de comprendre certaines choses!

    Bref si tu as la chance que ta filles te comprenne saisie la chance que tu as! ta femme passe en second! enfin c’est mon avis, j’aimerai bien que mes filles restes en contacte avec moi mais comme elles ont été manipulées par leur mère je laisse le temps faire choses!

    Je te souhaite de réussir dans ta nouvelle vie et le plus important, soi toi même!

    0
    #225931

    Claire
    Participant

    Aujourd’hui, sortie sur Paris pour épilation (beaucoup moins douloureuse pour la 2e séance sur les jambes).
    Mais avant cela, deux nouvelles premières.
    Je suis allée chez mon fromager préféré au marché. Il me connaît assez bien mais ne semble pas m’avoir reconnue. La semaine dernière, je n’avais pas osé franchir le pas, pas tout à fait à l’aise. Quel bonheur ce matin.
    J’ai aussi trouvé une couturière particulière pour reprendre un haut. Séance d’essayage chez elle. Je l’avais prévenue de ma transidentité. Elle fut très sympa.
    Je suis aussi retournée voir ma pharmacienne déjà informée : trop facile là même si c’était une première pour la vendeuse qui ne me connaissait qu’au masculin.
    Bref, j’apprends à dialoguer avec des personnes inconnues, qui sentent que je suis TG.
    Pas toujours très cool. La semaine dernière, c’est la jeune vendeuse de mon magasin bio qui m’a découverte au féminin. Elle me connaît très bien au masculin. J’ai annoncé mon nom et mon prénom pour mon compte fidélité. Du coup, elle est restée neutre mais visiblement troublée que j’ose agir ainsi.
    Dans deux semaines, petites injections d’acide hyaluronique pour former les lèvres et féminiser le bas de mon visage. Je vous raconterai.

    0
    #230883

    Claire
    Participant

    Voilà une semaine exceptionnelle qui m’emmène définitivement vers ma féminité.

    J’ai fini d’expliquer mon projet de transition à ma fille, projet qu’elle a qualifié de “suite logique” à ma vie féminine dont elle avait déjà connaissance. Elle accepte donc, sentant qu’elle ne peut rien contre. Mon passage au féminin complet est prévu pour l’été 2018. Elle trouve cela très rapide, un classique pour les proches.

    Mon endocrinologue m’a prescrit le THS féminisant. Premier comprimé mardi dernier !

    Avec mon chirurgien, les étapes de féminisation de mon visage ont été définies : rhinoplastie au printemps, réduction des mâchoires à l’été, rehaussement des sourcils, des pommettes et réduction du front à l’automne. Bref, un combiné de chirurgie classique, de lipo-structuration, d’injections d’acide hyaluronique et de botox pour des interventions au minimum.

    Bon, je laisse passer les fêtes puis j’en parle à mes proches et à mon entreprise.

    J’oubliais, demain je vais acheter des lunettes féminines.

    0
    #230885

    claire
    Participant

    Bonjour Claire!

    puis je te poser quelques questions?

    si se n’est pas indiscret, qu’elle âge a ta filles? Comment à tu aborder le sujet avec elle?

    Pourquoi ces question?

    Je viens tout juste de passer devant le Jaf pour le divorce et donc j’ai 2 filles de 12 et 14 ans, qui sont déjà au courant de ma féminité mais qui n’a pas été très bien expliquer de la part de leur mère!

    Cela fais quasiment un an que je ne les ai pas vu et pour le jugement je vais les revoir progressivement tous les 15 jours (dans un 1er temps 1 à 2 heures) mais je ne les force pas a me voir!

    Malgré qu’elles le savent en ce qui me concerne je ne sais pas comment aborder le sujet, comment réagir a leur réactions!

    si tu pouvais me conseiller ca serait gentil! 🙂

    A bientôt

     

    0
    #230903

    Claire
    Participant

    Ma fille a 19 ans. Fin septembre, je lui avais déjà expliqué mon rejet de la masculinité puis mon besoin de vivre au féminin. Elle avait qqs indices aussi qui lui laissaient comprendre.

    Claire, je te répondrai sur ton fil mais je ne suis pas sûre que la différence d’âge de nos filles permette de reproduire la façon d’expliquer le besoin de transition de genre.

    0
    #230904

    Claire
    Participant

    (@Claire, je n’ai pas trouvé de fil approprié pour te répondre)

    Voici donc qqs pistes que j’ai utilisées pour expliquer le projet de transition à ma fille.

    J’ai commencé par expliquer que je n’étais pas à l’aise au masculin, ni dans le comportement attendu (types de discussions, esprit concours entre mecs, blagues salasses, je passe évidemment le côté macho que j’ai toujours abhorré, etc.), ni dans la représentation visuelle (carrure, vêtements, pire, l’éventuelle dégaine de laisser-aller ou j’men foutisme, etc.). J’ai ensuite expliqué mes goûts pour des décorations et des loisirs féminins. A partir de là, j’ai dit que, à ce point attirée par la légèreté, l’élégance, la grâce féminine, j’avais eu besoin de les ressentir en les vivant donc en essayant progressivement des étapes de transformation puis de vie au féminin (maquillage, shopping, sortie entre copines, etc.). Au fur et à mesure, l’interdit social de vivre en femme avec un sexe masculin perdait tout son sens et je constatais un réel bien-être au féminin que je ne trouvais pas au masculin, voire plutôt du mal-être dans les soirées, en famille, etc. Bref, que je vivais des moments de vérité et de justesse en femme alors que ma vie en homme sonnait faux. Ensuite, j’ai pu expliquer que je vivais de plus en plus en femme au fur et à mesure des mois et que je souhaite le faire aussi au travail, et donc vivre tout le temps en femme. Pour cela, j’ai besoin de me transformer physiquement pour éviter trop de regards interrogateurs et qu’autrui ne se pose des questions à chaque rencontre. Alors, j’ai pu expliquer la THS, la FFS, la SRS, le travail de la voix, etc.

    A ce stade, tout ou presque est dit. Mais, surtout, parle lentement, observe les regards de tes filles, laisse des silences. Les regards traduisent sans mot l’incompréhension et la peur. Si tu sens cela, pose leur des questions pour vérifier ce qu’elles ont compris et notamment si c’est en contradiction avec ce que leur a dit leur mère, en soulignant qu’elle ne peut pas savoir mieux que toi ce qui t’arrive. Dès que tu le sens nécessaire, affirme haut et fort que tu les adores et que tu seras toujours un père qui les aidera.

    A des moments bien choisis, tu peux invoquer ton/ta psy qui comprend ton besoin et qui te conseille telle ou telle chose (à adapter en fonction de tes propos). Cela cautionne tes propos par un expert.

    0
    #230954

    Claire
    Participant

    Beau moment que d’acheter ses premières lunettes de femme. J’ai passé une heure avec une vendeuse très détendue avec ma situation (je lui ai expliqué dès le début car de toute façon tous mes papiers sont au masculin et je suis client(e) de longue date).
    Comme je galère déjà pour choisir des lunettes en homme, j’appréhendais de devoir choisir des lunettes féminines. Mais ce fut un moment plus qu’agréable, moins tout de même que de choisir ma perruque, moment qui m’avait émue en direct. Une fois rentrée chez moi, j’ai réalisé la beauté de cette heure d’essayage. J’y retourne dans 10 jours pour la livraison ! Un peu Noël avant l’heure et encore un beau moment à venir.

    0
    #235573

    Claire
    Participant

    Enfin, les coming out aux proches sont passés. Je les ai vus séparément. A chaque fois, au moins une heure d’explication et d’authenticité de ma part. Aucune phrase trop directe, aucune emphase. Pas d’intro du type “j’ai un truc super important à t’annoncer” qui dramatise la situation déjà compliquée. J’ai même essayé de rester dans la légèreté, voire un léger ton comique en expliquant mon apparence physique au féminin, de façon à alléger le sérieux du reste de la conversation. Tous furent très surpris, n’avaient aucun indice (je suis très binaire …).

    Pour mon premier frère et ma belle-sœur , ce fut presque facile. A tel point, que pour une bête histoire de paquet à récupérer, je repasse les voir le lendemain au féminin (puisque j’étais en soirée). Avec leur accord préalable bien sûr. Et nous avons passé un très bon moment. Ils me rendent visite dans deux semaines en me sachant au féminin.

    Mon second frère et ma belle-sœur sont plus partis à discuter de tous les problèmes que cela peut poser : sociaux, médicaux, professionnels, etc. Mais ils m’ont vu en photo et en ont parlé à leurs filles. Globalement, ils sentent que face à mon discours authentique ils ne peuvent qu’admettre la force de ma décision de transiter.

    Dernière étape, mes parents qui sont très âgés. Le choc émotionnel fut rude mais ils ont vraiment cherché à comprendre. J’ai largement insisté sur le fait que je n’étais pas malheureux au masculin et qu’ils n’y étaient pour rien afin qu’ils n’aient aucun regret sur mon éducation.

    Au global, aucun de mes proches, sauf ma mère, n’a prononcé le mot “accepter”, sans doute trop dur à prononcer, mais leur retour est plutôt positif.

    Me voilà donc bien sûr soulagée. Surtout, même si je suis très indépendante, j’apprécie leur soutien. J’ai réalisé après coup que, s’ils m’avaient rejetée, j’aurais eu bien du mal à encaisser. L’annonce en elle-même est très dure à supporter émotionnellement. Après chaque dialogue, j’étais vidée.

    La suite ? mon entreprise cette semaine. Je vous raconterai.

     

    0
9 sujets de 31 à 39 (sur un total de 39)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.